5. Impacts sociaux

Comme nous l’avons déjà précisé dans cet article, la production d’indium est globalement issue de l’extraction minière du zinc. Nous avons donc entrepris d’obtenir des données sur les impacts sociaux de cette industrie minière majeure pour l’indium, mais peu de données sont disponibles. Cette absence d’informations sera traitée dans un prochain article sur les impacts sociaux engendrés par l’activité minière. En effet, quel que soit le métal recherché, les impacts sociaux sur les populations locales sont souvent de même nature et par contre, très bien documentés sur tous les continents émergents (Asie, Afrique, Amérique du Sud). Un exemple montre même qu’il n’est pas nécessaire que l’exploitation ait commencé pour que naissent les conflits sociaux : il s’agit du site de Mallku Khota en Bolivie, un des sites miniers les plus importants en matière d’argent et d’indium. Comme souvent, les populations sont partagées entre ceux qui espèrent des retombées économiques et ceux qui sentent qu’ils auront plus à perdre qu’à gagner une fois les ressources épuisées [[Source : StockHouse, http://www.stockhouse.com/bullboard.(dernière consultation le 13/11/2012)]].

Néanmoins, les impacts sur la santé humaine engendrés par l’activité minière extractive du zinc permettent de se faire une idée des conséquences de cette activité précise. De nombreuses études scientifiques font état, depuis longtemps, des différentes contaminations induites par l’extraction et le traitement du minerai de zinc et des effets sur la santé des zones concernées. Une étude anglaise montrait déjà en 1979 que les sols d’un village établi sur une ancienne mine de zinc présentaient des taux anormalement élevés en cadmiun, métal souvent présent sur ce genre de site (comme l’indium et le germanium). Les résultats mettaient en évidence une recrudescence d’hypertension et de problèmes rénaux imputables à ce métal. La suspicion de transmission via la chaîne alimentaire (les légumes des jardins cultivés sur ces sols) était très forte [[Carruthers M. (1979). Evidence of cadmium toxicity in a population living in a zinc-mining area. The Lancet, 845-847]]. Le drainage minier acide (DMA) d’une ancienne mine de zinc au Rajastan (Inde) et le lessivage de ses zones de stockage des stériles [[Les stériles sont les déchets résultant de l’excavation du minerai après récupération de la partie commercialement valorisable ; on distingue les stériles de sélectivité contenant des matériaux recherchés en trop faible quantité pour être rentable et les stériles francs ne contenant aucun minerai récupérable]]ont révélé la contamination des sédiments de la rivière proche au cadmium, zinc, plomb, cuivre, fer et manganèse [[Prusty B.G. (1994). Metal contamination due to mining and milling activities at the Zawar zinc mine, Rajasthan, India. Chemical Geology, 112, 275-291]]. Une étude canadienne a montré la contamination de l’air à l’arsenic, cadmium, chrome, nickel, plomb, SO2 et aux particules dans les environs d’usines de traitement du minerai de zinc [[Newhook R. (2003). Releases from copper smelters and refineries and zinc plants in Canada : human health exposure and risk characterization. The Science of the Total Environment 301, 23–41]]. L’étude a jugé les impacts potentiels sur la santé humaine au niveau « intermédiaire » en précisant toutefois que des études complémentaires devraient être entreprises pour étudier l’effet des rejets de mercure, dioxines et furanes. Parfois, la contamination est due au lessivage des zones de stockage des déchets miniers par les fortes pluies. Une autre étude chinoise montre des taux anormalement élevés d’arsenic, cadmium, zinc, plomb et cuivre suite à l’effondrement de la digue de stériles d’une mine de zinc et plomb [[Liu H. (2005) Metal contamination of soils and crops affected by the Chenzhou lead/zinc mine spill (Hunan, China). Science of the Total Environment 339, 153– 166]]. Là encore, ces produits toxiques ont contaminé les productions agricoles avoisinantes compromettant l’activité et la santé des habitants et des animaux des zones concernées. Ceci montre que bien après l’arrêt de l’exploitation, les populations locales subissent toujours les conséquences de l’activité minière. Les quantités de cadmium possiblement dispersées dans la nature, suite à l’extraction et au traitement du zinc, ont été évaluées pour le début du XXIème siècle à environ 9 500 tonnes par an [[Achternbosch M., (2009) Cadmium Flows Caused by the Worldwide Production of Primary Zinc Metal. Journal of Industrial Ecology, Vol.13, N° 3, 438-454]]. L’expérimentation animale a conclu à son potentiel cancérigène (ibid.). D’autres études montrent que de fortes concentrations de mercure dans les environs d’une mine de zinc et plomb en Chine ont été retrouvées dans la chaîne alimentaire (légumes et le riz). Le mercure est un polluant global et une puissante neurotoxine, affectant la santé humaine et le potentiel de reproduction de la faune [[Deng C. (2011). Mercury contamination and its potential health effects in a lead–zinc mining area in the karst region of Guangxi, China. Applied Geochemistry 26, 154–159]].

Concernant l’indium proprement dit, les travailleurs des filières d’ITO sont bien évidemment exposés. Dans ses travaux de thèse sur la récupération d’indium à partir de DEEE, Traore mentionne une étude signalant le décès d’un opérateur de cette filière qui aurait contracté une maladie pulmonaire ayant entraîné son décès [[Homma, 2003 cité dans Traore Y. (2012). Perspective nouvelle pour la récupération de l’indium issu des e-déchets par électrodéposition dans les liquides ioniques à température ambiante. École Doctorale SISEO – Université de Savoie]]. La limite d’exposition professionnelle à l’indium a été fixée à 0,1 mg/m3 d’air. Malgré le peu d’études sur la toxicité de l’oxyde d’indium, il est néanmoins avéré que la toxicité des dérivés inorganiques insolubles de l’indium et en particulier, celle de l’oxyde d’indium et de l’ITO est préoccupante. Des cas d’exposition aux poussières issues du polissage de couches transparentes d’ITO ont entraîné des pathologies pulmonaires [[Garnier R. (2010). Toxicié de l’ITO. Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement 71:701-702]].


production | fabrication | utilisation | environnement| social | recyclage | substitution | perspectives