Conf EcoInfo 3 février 2017 “Impact des logiciels sur l’environnement, quid de l’éco-conception ?”

En ce début d’année 2017, et afin de compléter la précédente conférence d’EcoInfo de septembre 2016 sur l’éco-conception des matériels, nous vous proposons cette fois de nous intéresser à la partie logicielle. En effet, quel serait l’impact environnemental d’un équipement seul si aucun logiciel ne venait l’accompagner ? L’obsolescence elle-même n’a pas l’apanage du matériel, mais laisse le champ grand ouvert au logiciel. D’ailleurs, quand on parle d’éco-conception logicielle, qu’entendons nous vraiment ?

Date et Lieu

  • Le vendredi 3 février 2017, à Grenoble, dans la salle de séminaire 1 au RdC du bâtiment IMAG de 9h00 à 17h30 : plan d’accès

À distance ?

La conférence a été retransmise en direct par webcast.
Les vidéos de la conférence seront disponibles prochainement.

Public visé

  • Ouvert à tous

Inscription

  • L’inscription est gratuite mais obligatoire (Date limite au 27 Janvier)

Programme

9h00 – 9h30 : accueil café

9h30 – 10h15 : Temps de travail collaboratif : Animation EcoInfo

10h15 – 10h45 : Introduction : Cyrille Bonamy & Didier Mallarino [][pdf]

  • Cyrille Bonamy est Ingénieur de Recherche au CNRS. Il exerçe au LEGI depuis 2013. Il est le référent du laboratoire LEGI pour tout ce qui concerne le développement, l’utilisation et l’optimisation de codes de calcul haute performance. Cyrille porte également un grand intérêt aux problématiques environnementales ; membre actif du GDS CNRS EcoInfo, il a par le passé insufflé une dynamique autour des aspects environnementaux à la DSI de l’Université Lille 1, et s’occupe au laboratoire LEGI des aspects urbanisation et plus généralement environnementaux de la salle machine du laboratoire.
  • Didier Mallarino est ingénieur de recherche au CNRS à l’observatoire des sciences de l’univers PYTHEAS (université de Toulon) et membre actif du GDS EcoInfo depuis plusieurs années.

10h45 – 11h30 : Eco-conception logicielle, retours d’expérience sur la réduction de l’impact des logiciels  : Olivier Philippot [] [pdf]

  • Résumé : Retours sur l’application de la démarche d’éco-conception chez plusieurs clients Greenspector dans différents domaines (Fabricants de smartphones, défense, télécommunication). En appliquant une approche de mesure de la consommation d’énergie des fonctionnalités ainsi que d’analyse des points chauds du code, nous verrons comment nos clients ont réduit l’impact ressource de leurs systèmes.
  • Olivier Philippot : Directeur technique chez GreenSpector. Olivier intervient dans de nombreux audits et formations écoconception des logiciels en entreprise. Auteur des livres « Green Patterns », « Green IT – Gérer la consommation d’énergie de vos systèmes informatiques », … Conférencier (VOXXED Luxembourg, EGG Berlin, ICT4S Stockholm, …). Président du Green Code Lab, association nationale de l’écoconception des logiciels. Porteur du projet de label Green Code Label. Responsable du projet de l’étiquette énergétique WebEnergyArchive

11h3012h15 : TEEC: Logiciel vert et durable : Hayri ACAR [][pdf]

  • Résumé : L’écriture de logiciels durables, efficaces et écologiques nécessite de comprendre le processus de consommation d’énergie d’un programme informatique. L’un des avantages est le fait que les développeurs, en améliorant leurs implémentations, peuvent optimiser la  consommation énergétique d’un logiciel. Les modèles existants de consommation d’énergie doivent être améliorer en prenant en compte plus de composants susceptibles de consommer de l’énergie pendant l’exécution d’une application. TEEC (Tool to Estimate Energy Consumption), prend en compte, durant l’exécution, la consommation énergétique des composants comme le CPU, la mémoire, le disque et le réseau. Cet outil permet de localiser les points chauds du code source. Ainsi, l’objectif est de guider les développeurs à développer des logiciels écologiques.Avec TEEC, nous espérons obtenir des logiciels ayant les mêmes fonctionnalités tout en consommant moins d’énergie.
  • Hayri ACAR est doctorant en Informatique à l’université Lyon1, il a travaillé en tant que développeur pendant environ 5 ans. Actuellement, il travaille sur le sujet de thèse “Software development methodology in a Green IT environment” qui consiste à estimer la consommation énergétique d’un logiciel. Ainsi, localiser les endroits du code source énergivore pour guider les développeurs à apporter les améliorations nécessaires afin de programmer des logiciels verts et durables.

12h15 – 13h30 : Buffet

13h30 – 14h15 : Eco-conception logicielle pour la gestion des datacentres de calcul : Olivier Richard [][pdf]

  • Résumé : Dans cet exposé nous parcourons l’évolution d’un datacentre de calcul (le mésocentre CIMENT de l’université Grenoble Alpes) sous l’angle de l’éco-conception logiciel. Nous débuterons par un panorama historique sur les différents choix technologiques le plus souvent matériels qui ont été utilisés. Ensuite, nous détaillerons le rôle des gestionnaires de ressources qui sont centraux dans la maîtrise et l’optimisation de la consommation d’énergie des datacentres. D’autres éléments d’importance seront aussi abordés comme le monitoring de tâche et de ressources. Finalement, nous discuterons aussi des problèmes rencontrés pour aller plus loin dans cette maîtrise énergétique en mettant l’accent sur la nécessité d’une démarche plus globale où le dialogue entre les différents acteurs humains restent essentiels.
  • Olivier Richard (MCF au LIG à Grenoble / OAR) est enseignant-chercheur à l’université Grenoble Alpes. Il s’intéresse à la gestion des infrastructures informatiques. Il a participé au développement d’une solution d’exploitation durable de serveurs pour la startup Stimergy. Il a co-développé une fablab au sein de l’école d’ingénieurs Polytec’ Grenoble, promouvant l’Open Source et l’Open Hardware.

14h15 – 15h00 : Calcul Intensif, Consommation et Changement Climatique : Xavier Vigouroux [][pdf]

  • Résumé : Les supercalculateurs sont devenus un outil du quotidien pour la simulation. Grâce au calcul intensif, nous prévoyons le futur, évitons d’encastrer des voitures pour les rendre plus sures, améliorons les matériaux. Sans ces monstres de technologie, nous serions incapables de convaincre les climato-sceptiques du réchauffement climatique et de son impact sur nos vies. Malheureusement, c’est au prix d’une consommation d’électricité titanesque.  Dans cette présentation, je présenterai ces supercalculateurs, de quoi ils sont faits, je toucherai du doigt les contraintes et évolutions technologiques. Enfin, je montrerai ce que le groupe « energy efficiency » vise comme produit logiciel à moyen terme pour que nous maîtrisions la consommation de ce matériel et le rendions plus efficace.
  • Xavier Vigouroux,: après avoir obtenu son doctorat au laboratoire de l’informatique parallèle de l’école normale supérieure de Lyon, Xavier Vigouroux a travaillé pour plusieurs entreprises informatiques majeures. Il travaille depuis 11 ans pour Bull (groupe Atos) et a eu différents postes liés à la performance applicative et la productivité des supercalculateurs. Son poste actuel, « responsable du Centre pour l’Excellence en programmation parallèle » lui permet d’aider les utilisateurs à utiliser plus efficacement leur infrastructure.

15h00 – 15h30 : pause

15h30 – 16h15 : Comment éco-concevoir un service numérique ? : Frederic Bordage et Caroline Vateau [][pdf]

  • Résumé : Objets connectés, réseaux intelligents, services en ligne : le numérique est indéniablement un outil de développement économique, vecteur de croissance, d’emplois et de nouveaux modèles économiques. Cependant, pour être réellement durable, le numérique ne peut plus faire l’impasse sur les enjeux environnementaux – épuisement des ressources, consommations d’énergies, production de déchets, etc. – et sociaux associés. En nous basant sur des retours d’expérience concrets, nous expliquerons quelle méthodologie et outils utiliser pour intégrer les principes de l’écoconception dans le développement des services numériques, et quels sont les résultats à attendre de la démarche proposée.
  • Caroline Vateau est consultante au sein de NEUTREO, bureau d’études en ingénierie de l’environnement. Neutreo accompagne les acteurs du numériques (datacenter, opérateurs cloud.) dans leurs démarches environnementales. Caroline a notamment accompagné TELEHOUSE qui est le premier service Cloud à  avoir obtenu la certification AFAQ-démarche écoconception pour le développement de leur offre de cloud computing. Caroline est administratrice de l’Alliance Green IT, association qui regroupe les entreprises engagées pour un numérique éco-responsable.
  • Frédéric Bordage:  Frédéric est expert en écoconception de services numériques au sein de GreenIT.fr qu’il a fondé en 2004. Il a lancé l’éco-conception logicielle en France en 2009 avec Frédéric Lohier et anime aujourd’hui le collectif Conception Numérique Responsable. Frédéric est co-auteur du référentiel « éco-conception web : les 115 bonnes pratiques ». Il a éco-conçu plusieurs dizaines de services numériques critiques totalisant des milliards de visites annuelles et des dizaines de milliers d’utilisateurs simultanés. Frédéric est à l’initiative du Collectif Ecoconception Numérique.

16h15 – 17h00 : Eco-élasticité logicielle pour un Cloud frugal : Thomas Ledoux [][pdf]

  • Résumé : Le Cloud computing, au travers de son modèle en couche et de l’accès à ses services à la demande, a bouleversé la façon de gérer les infrastructures (IaaS) et la manière de délivrer les logiciels (SaaS). Le Cloud, facilitant la mutualisation des ressources dans des grands centres de données, a permis de rationaliser la consommation d’énergie mais paradoxalement (Paradoxe de Jevons) n’empêche pas la prolifération des centres de données et l’augmentation de l’empreinte énergétique.
    En s’inspirant du concept d’innovation frugale, nous proposons que le logiciel SaaS hébergé dans le Cloud participe lui-même à la réduction de la consommation d’énergie. L’innovation frugale consiste à créer la « valeur suffisante » pour le client. Nous introduisons le concept d’éco-élasticité logicielle qui permet de déformer le logiciel en vue de renvoyer une valeur suffisante au client mais moins énergivore. L’éco-élasticité logicielle est présenté en détails avec les artefacts qui l’accompagnent (contrats de service SLA, framework autonomique, langage dédié). Le Cloud frugal est également évalué à travers différentes expérimentations.
  • Thomas Ledoux est enseignant-chercheur senior  au département informatique de l’Ecole des Mines de Nantes et membre de l’équipe-projet Ascola (INRIA, LINA). Ses domaines de compétences incluent le génie logiciel, les systèmes autonomes et la reconfiguration dynamique pour l’informatique verte (green computing) et/ou l’informatique en nuages (Cloud computing). Ses derniers travaux ont trait aux applications à base de composants auto-adaptables pour des systèmes distribués large échelle (Cloud) approvisionnés par des énergies renouvelables.

17h00 – 17h30 : Conclusion, Laurent Lefèvre (INRIA) [pdf]

  • Laurent Lefevre est chargé de Recherches à Inria dans l’équipe Avalon du laboratoire LIP de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il est membre du comité de pilotage du GDS Ecoinfo. Ses centres d’intérêts se focalisent sur l’efficacité énergétique des grands systèmes distribués : Datacentres, Clouds et réseaux.

 

Comité d’organisation Ecoinfo : Françoise Berthoud, Cyrille Bonamy, Laurent Lefèvre, Didier Mallarino, Francis Vivat


Posted in publications et conférences Tagged with: , ,
6 comments on “Conf EcoInfo 3 février 2017 “Impact des logiciels sur l’environnement, quid de l’éco-conception ?”
  1. AL says:

    Bonjour,

    Je ne pourrai malheureusement pas assister à cette conférence. Sera-t-il possible d’avoir les présentations des intervenants ?

    • Bonjour,

      Faisant suite à votre demande, je vous confirme qu’il sera tout à fait possible
      d’accéder aux présentations. Il sera également possible d’assister en direct
      à la conférence sur Internet (ou en différé). Nous indiquerons les liens sur la
      page de la conférence.
      Je vous remercie pour votre intérêt
      Je vous souhaite une excellente semaine,
      Bien cordialement,
      DM.

  2. Emmanuelle Frenoux says:

    Bonjour

    sera-t-il possible d’accéder aux présentations de cette conférences, pour les personnes qui ne peuvent y assister ?

    Merci

    • Bonjour,

      Faisant suite à votre demande, je vous confirme qu’il sera tout à fait possible
      d’accéder aux présentations. Il sera également possible d’assister en direct
      à la conférence sur Internet (ou en différé). Nous indiquerons les liens sur la
      page de la conférence.
      Je vous remercie pour votre intérêt
      Je vous souhaite une excellente semaine,
      DM

  3. Matthieu says:

    Bonjour,
    est-il possible d’avoir un lien (ou la date de disponibilité de ce lien) pour regarder les vidéos de ces conférences qui semblent avoir été très intéressantes ?
    Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*