Les aspects sociaux de l’exploitation du lithium

L’exploitation du lithium connait actuellement un regain d’intérêt très marqué. Les industriels sont à la recherche de nouveaux gisements dans le monde entier. Comme nous l’avons vu plus haut, l’activité minière est invasive, elle défigure le paysage, épuise et pollue les puits, contamine les sols et l’atmosphère, ce qui a un impact social très fort sur les paysans qui vivent au plus près de ces sites. Les conditions climatiques déjà difficiles dans les régions des lacs salés du triangle sud-américain (Argentine, Chili, Bolivie) sont rendues encore plus pénibles par les conséquences de l’exploitation du lithium. La raréfaction de l’eau autour des mines de lithium a causé le déclin d’une agriculture de subsistance et la disparition d’un mode d’existence ayant pour conséquence l’exode rural devant la dégradation des conditions de vie.

En Bolivie où l’exploitation n’a pas encore débuté (prévu en 2011), les fermiers s’organisent; ils ne veulent plus être les laissés pour compte d’une ressource que le monde s’arrache, voir les compagnies étrangères exploiter le lithium, engranger des bénéfices et ne laisser derrière elles que désolation et pollution. Ces pays ont déjà connu l’invasion espagnole qui a pillé les ressources en or et en argent, rendant les populations locales esclaves de leur avidité. Le président bolivien Morales souhaite que son peuple retire les bénéfices de la production de lithium. Pour ce faire il entend nationaliser ce secteur, comme il l’a déjà fait pour le gaz et le pétrole. De plus, la Bolivie se prépare à extraire du lithium elle-même. La société nationale Comibol construit une usine de traitement du lithium devant être pleinement opérationnelle en 2012. Cependant, la Bolivie ne pourra faire face seule, tant au niveau économique que technique, pour satisfaire la demande. Elle recherche donc des partenaires désireux d’investir sur le long terme, produisant sur le sol bolivien des batteries et même des véhicules électriques de manière à faire décoller de manière durable l’économie d’un des pays les plus pauvres du continent sud-américain.

A l’autre bout de la chaîne du lithium, la création d’usines de fabrication de batteries connait une croissance spectaculaire en Chine. En particulier, la société “Build Your Dream” se développe au rythme d’une multinationale. Cette société est bien connue pour des conditions de travail difficiles, notamment le dépassement régulier du nombre maximal d’heures de travail [[Source : somo.nl (Center for research on multinational corporations)]].

Dans un récent rapport rédigé par un comité d’experts de la division pour le développement durable des Nations Unies (13), les conditions pour une exploitation soutenable des lacs salés sud-américains ont été clairement identifiées. Outre les aspects environnementaux, ce rapport met en évidence le peu de retombées locales de l’exploitation du lithium dans le cadre d’un marché mondialisé:

– équipements importés
– personnel qualifié issu de l’immigration temporaire

Le rapport des Nations Unies préconise de déployer des efforts pour améliorer les retombées économiques locales et la diversification des activités économiques. Pour éviter ou réduire de potentiels conflits sociaux, il est important d’instaurer un large processus de participation publique dès le début de la phase de planification du projet, incluant la participation des communautés indigènes. Dans cette optique, il est essentiel que les sociétés exploitantes produisent un rapport périodique compréhensible et transparent pour informer les populations locales et les faire participer aux décisions.

Suite de l’article : le recyclage