Introduction

Le silicium (Si) est le second élément le plus présent sur terre (28% de l’écorce terrestre) après l’oxygène. Il n’existe pas à l’état libre mais sous forme de composés :

– dioxyde de silicium (SiO2) : la silice (sable, quartz, cristobalite, …)
– autres silicates : feldspaths, kaolinite

Son utilisation historique réside dans la fabrication du verre (oxyde de silicium amorphe : silice ou SiO2), mais le milieu du XXème siècle lui a vu jouer un nouveau rôle important dans l’électronique avec les transistors, puis les silicones et les panneaux photovoltaïques. Le silicium est un semi-conducteur, insoluble dans l’eau, attaquable par l’acide fluorhydrique pur (HF) ou en mélange avec l’acide nitrique (HNO3). Seulement 43% du silicium monocristallin sera transformé en composant électronique [[The Environmental Literacy Council, http://www.enviroliteracy.org/article.php/1275.html]]. Le reste pourra servir à la fabrication de panneaux photovoltaïques, sera recyclé ou considéré comme déchet.
Grâce à ses propriétés de semi-conducteur, le silicium a été à l’origine de la seconde génération de transistors et des circuits intégrés très présents dans nos équipements informatiques. Cette omniprésence du silicium dans l’industrie électronique a été possible grâce à une purification supérieure à 99, 999 99 % (cf. la méthode Czochralski qui permet la fabrication des wafers de plus grande taille).

Suite de l’article : la production