L’indium

L’indium (In, 49) est un métal gris, de la famille des métaux pauvres dans la table de Mendeleïev, brillant, malléable, dont le point de fusion bas (156°C) le prédispose à la soudure. Voisin de l’aluminium et du gallium dans la table de Mendeleïev, dont il partage les principales propriétés chimiques, ce métal est rare et probablement l’un des premiers éléments dont la disponibilité à court terme est sérieusement compromise [[Union européenne (2010). Critical raw materials for the EU]]. Il est largement utilisé dans l’industrie des TIC principalement dans les écrans plats des ordinateurs (écrans LCD) et terminaux de communication mobiles (écrans tactiles).

L’indium est principalement un sous-produit de la recherche minière du zinc (95%), mais aussi, dans une moindre mesure, des minerais d’étain, de plomb et de cuivre [[Bihouix P., de Guillebon B. (2010). Quel futur pour les métaux ? Raréfaction des métaux : un nouveau défi pour la société. EDP Sciences]]. La présence de l’indium dans la croûte terrestre est estimée à environ 0.05 parties par million [[Tolcin (2012). USGS Mineral Commodity Summaries – Indium]]. La teneur en indium moyenne des dépôts de zinc à partir duquel il est récupéré varie de moins de 1 partie par million à 100 parties par million [[Tolcin (2012). USGS Mineral Commodity Summaries – Indium]]. En d’autres termes, 1 kg de minerai de zinc est susceptible de donner de 1 à 100 mg d’indium. Une autre étude donne les principales sources d’indium à partir des minerais de sulfure de zinc et des minerais d’étain et de cuivre dans une proportion globale de 1 à 50 ppm [[Polinares (2012). Working paper n°39, fact sheet :Indium. EU Policy on Natural Resources]].


production | fabrication | utilisation | environnement| social | recyclage | substitution | perspectives


 

Posted in l'indium

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*